Bilan positif du programme Performances Industrielles

Bilan positif du programme Performances Industrielles

16:19 07 novembre in NAE

Normandie AeroEspace dresse un premier bilan positif du programme Performances Industrielles lancé en janvier 2015

Rouen, le 7 novembre 2016La filière Normandie AeroEspace, en collaboration avec le GIFAS et l’association SPACE, présentait récemment les résultats de la phase 1 de son programme Performances Industrielles lancé en janvier 2015 avec quinze entreprises de la filière regroupées autour de Safran Nacelles, TE Connectivity et Thales Air System.

Si la filière aéronautique française est une filière d’excellence, représentant un chiffre d’affaires de 58,3 Md€ et 185.000 emplois directs hautement qualifiés, la Supply Chain française se doit d’être fiabilisée. Les nombreuses PME qui la composent sur tout le territoire doivent faire face à un niveau d’exigence des Donneurs d’Ordres toujours plus élevé, à une nécessité de montée en cadences accrue, et à un marché mondialisé caractérisé par une concurrence mondiale.

Lancé au niveau national par le GIFAS et l’association SPACE, et déployé dans les régions aéronautiques majeures, le programme « Performances Industrielles » a pour objectif d’accompagner les PME de la filière vers le niveau d’Excellence Industrielle requis afin de les sécuriser dans la Supply Chain des Donneurs d’Ordres.

3 grappes réunissant au total 15 PME normandes ont ainsi été constituées pour la Phase 1 du programme en Normandie, qui vise l’amélioration de la performance globale de l’entreprise.
La première grappe pilotée par Safran Nacelles comprenait 7 entreprises aéronautiques : AES, Maugars Industrie, Dedienne Multiplasturgy Group, Metra, Ressorts Masselin, ACB et Sival. La seconde grappe pilotée par TE Connectivity était composée de 6 entreprises : Larger, ETS Jaunet, CMA Vallet, Precicast, Bodycote et APS. Enfin, une troisième grappe emmenée par Thales Air System s’adressait aux entreprises : Asteelflash, Arelis, Cap Meca, Sicap Electronique, Eolane et Cequad.

Près de 18 mois après le lancement, les résultats sont positifs à l’échelle régionale, tout comme à l’échelle nationale :  les progressions des taux de livraison à l’heure et de bonne qualité se sont drastiquement améliorées, et les PME ont mené des plans d’actions internes structurants pour une meilleure adéquation charge / capacité, une meilleure gestion des fournisseurs, une optimisation des capacités des équipements, etc.

La relation humaine est un facteur clé pour accompagner les différents changements menant à la performance industrielle : ainsi, chez Ressorts Masselin,  la mise en place d’une organisation par ateliers a nécessité différents changements RH : changements de fonction, nouvelles nominations, etc.. Chez Sicap Electronique, les objectifs d’amélioration du taux de rendement des machines ont engendré une petite révolution en interne : une organisation par projets qui a développé une culture de la performance et a permis d’engendrer une amélioration de 30% sans investissements ni équipements supplémentaires.

En fin de programme (niveau national), le niveau de satisfaction des PME et des grands donneurs d’ordre « tête de grappe »  atteint 90%.

Les grands Industriels présents lors de la remise des diplômes aux PME ne tarissent pas d’éloges sur les résultats de cette action : « C’est un action remarquable qui génère des améliorations industrielles importantes et renforce les liens de partenariat entre les donneurs d’ordre et leurs fournisseurs » soulignent de concert les Directions achat de Thales, Safran et TE Connectivity.

Des résultats nettement encourageants pour aborder à présent la phase 2 du programme qui sera lancée au 1er trimestre 2017.

En savoir plus :
Le succès de la vague 1 du programme de performances industrielles repose sur un schéma en réseau avec la constitution de grappes d’entreprises, avec un donneur d’ordres « tête de grappe » et cinq à sept entreprises implantées dans une zone géographique proche. Une fois la grappe composée, une phase de diagnostic individuel permet d’identifier, pour chaque PME, les axes prioritaires d’amélioration (gestion des flux, analyse charge/capacité, etc.) ainsi que les besoins en formation. La prise en compte du facteur humain est également un élément fondamental dans cette démarche.

 

Vous pouvez télécharger le communiqué de presse sous ce lien