Officier controleur de circulation aerienne

Quel rôle joue-t-il ?

 
L’officier contrôleur encadre et dirige une équipe de spécialistes du contrôle des avions militaires (décollages, atterrissages, phases d’approche, missions en zones réservées) et civils (décollages, atterrissages, transits). Il est titulaire de la licence européenne de contrôle.

  • Il assure la surveillance de l’espace aérien national dans un volume bien déterminé depuis la salle d’opérations de son centre de contrôle.
  • Il peut être amené à exercer ces fonctions en dehors du territoire national dans le cadre d’opérations diligentées par l’ONU ou l’UE et généralement dirigées par l’OTAN.
  • Acteur incontournable des opérations aériennes et de la sécurité des vols, il est en contact permanent avec le personnel navigant et ayant la possibilité d’effectuer des vols sur avions d’armes.
  • Il participe également très activement à la mission de recherche et sauvetage des personnes lors d’un crash aérien.
  •  

    Quels sont ses champs d’intervention ?

     
    Ils couvrent les différents domaines d’activité de la circulation aérienne tels que la surveillance, le contrôle et l’alerte (dialogue et rencontres avec les équipages, militaires et civils, guidage radar lors de mauvaises conditions météorologiques…).

     

    Où peut-il être affecté ?

     

  • En escadron des services de la circulation aérienne (ESCA).
  • Dans un centre militaire de contrôle (CMC).
  • Dans un centre militaire de coordination et de contrôle (CMCC), voire embarqué sur AWACS au sein du 36ème escadron de détection et de contrôle aéroporté (EDCA).
  • Au sein d’un état-major.
  • Au sein d’un organisme interarmées ou interalliés.
  •  

    Quel est son statut ?

     
    Officier de carrière
     

    Ce que l’on attend de moi

     
    Ma principale mission est d’encadrer mon équipe pour assurer :

  • Le contrôle des appareils en circulation aérienne militaire et générale (civile) en espace aérien inférieur.
  • Le guidage et le contrôle des aéronefs lors de missions de guerre, d’entraînement et de liaison.
  • L’information aux usagers de l’espace aérien (conditions météorologiques, gestion des espaces particuliers, état des plates formes…).
  • Dans le cadre de la mission de service public :

  • J’assure l’assistance aux appareils civils égarés ou rencontrant des problèmes durant leur vol.
  • Je participe à la recherche et au sauvetage de personnes lors d’un crash aérien.
  • Dans le cadre de la mission PPS (Posture Permanente de Sûreté) :

  • J’aide au décollage et à l’atterrissage des appareils d’alerte en toutes circonstances.
  • Je participe à l’élaboration de la surveillance aérienne générale en identifiant et classifiant l’ensemble du trafic aérien évoluant dans ses espaces dédiés.
  • J’assure le guidage des aéronefs d’interception lors du déclenchement des missions d’alerte (Mesures Actives de Sûreté Aériennes).
  • J’alerte et assiste les aéronefs civils ou militaires en difficulté.
  •  

    Cela s’adresse à moi si …

     

  • Je suis de nationalité française, âgé(e) de moins de 22 ans (25 ans pour le concours sur titres).
  • Je satisfais aux conditions médicales et physiques d’aptitude exigées.
  • Je suis titulaire d’un diplôme de fin de second cycle de l’enseignement secondaire général, technologique ou professionnel (concours d’admission classes préparatoires aux grandes écoles),
  • Je suis titulaire d’une licence de l’enseignement général ou technologique (concours option « sciences »).
  • Je suis titulaire d’une licence de l’enseignement supérieur général ou technologique ou titre reconnu équivalent (concours option « sciences politiques »).
  • Je suis titulaire d’un diplôme ou d’un titre conférant le grade de master.
  •  

    Comment se déroule la formation ?

     

  • Une fois le concours d’entrée réussi, je démarre le parcours par une formation initiale pluridisciplinaire à l’Ecole de l’air de Salon-de-Provence, sanctionnée par un diplôme.
  • Je poursuis le cursus par une année de formation professionnelle au Centre d’instruction du contrôle de la Défense Aérienne (CICDA) situé sur la Base aérienne de Mont de Marsan.
  •  

    Quelle est l’échelle de rémunération ?

     

  • Aspirant : 1285€ net
  • Lieutenant : 2203€ net
  • Télécharger la fiche métier