Essais en vol sur Airbus A380 en 2026

Déjà engagés sur le programme RISE qui vise la diminution de la consommation de carburant et des émissions de CO2 de plus de 20 % par rapport aux meilleurs moteurs actuels, ainsi que leur compatibilité à 100% avec les énergies alternatives comme les carburants aéronautiques durables et l’hydrogène, les motoristes Safran et GE Aviation viennent de s’associer à Airbus pour mener une série d’essais au sol et en vol sur un système propulsif alimenté avec de l’hydrogène. L’ensemble sera installé sur l’Airbus A380 MSN1 pour de premiers essais en vol « pour la fin 2026 », a précisé Sabine Klauke, directrice technique du groupe Airbus.

Moteur GE Passport pour les essais

Si les deux motoristes sont partis sur une architecture non carénée, le réacteur installé sur le haut du fuselage à l’arrière de l’Airbus A380 ne l’est pas comme le montre l’illustration fournie par Airbus. Le moteur utilisé pour les essais sera en fait une version adaptée (il faut transformer l’hydrogène liquide en gaz pour alimenter la chambre de combustion/ndlr) du réacteur Passport développé par General Electric pour les gros jets d’affaires type Bombardier Global 7500. « Le Passport emprunte beaucoup d’éléments au CFM Leap et il est beaucoup moins lourd », explique Mohamed Ali, directeur de la division Ingénierie de GE Aviation. Pour autant, « des essais ultérieurs avec des moteurs dotés d’une autre architecture ne sont pas exclus », a indiqué Sabine Klauke.

Source : Avion à hydrogène : Safran et General Electric montent à bord