Depuis le 1er janvier 2014, 26 faits sont dénombrés au plan national. Le Calvados et la Manche ont été concernés pour deux faits dès 2015, le premier pour un préjudice de près de 15 000€, le second étant resté au stade la tentative.
S’y ajoutent deux autres faits plus récents dans la Manche et le Calvados, concernant des commandes de produits alimentaires, qui font l’objet d’enquêtes judiciaires.

1) Modus operandi :

Les individus passent commande par mail ou par téléphone d’importantes quantités de marchandises (bouteilles de champagne ou de vins / nourriture / matériaux de construction …) auprès de diverses entreprises sur le territoire métropolitain. Les produits sont ensuite livrés sur des plates-formes de fret en région parisienne, voire en Angleterre, en Belgique et en Afrique puis récupérés par des complices. Les factures ne sont jamais réglées.

2) Caractéristiques :

  • toujours lors d’un premier contact (nouveau client),
  • usurpation du nom d’une société connue voire réputée et de l’identité d’un responsable
  • production de faux justificatifs (Faux RIB, faux KBIS)
  • démarchage par téléphone ou mail (cybersquatting) afin d’obtenir un devis portant sur de grandes quantités de marchandises (techniques de plate forme de transfert. Pour mémoire indicatif des pays les plus recherchés Belgique +32 / France +33 / Espagne +34 / Italie +39 / Suisse +41 / Angleterre +44 / Allemagne +49 / Luxembourg +352),
  • proposition de leur propre entreprise de transport ou à défaut le transporteur habituel de la société,
  • livraison de la marchandise à une adresse différente de celle initialement prévue et avec anticipation, la facture étant envoyée ultérieurement (lié aux paiements à échéance d’actualité dans les échanges commerciaux).

3) Prévention :

Ce modus operandi reste peu connu des sociétés. Il devra être vulgarisé auprès des sociétés, surtout lorsqu’il s’agit d’un premier contact (nouveau client).

Les sociétés doivent être encouragées, en cas de doute, à :

  • vérifier la cohérence de l’achat,
  • vérifier l’adresse mail du nouvel acheteur (parfois seule une lettre diffère de la véritable adresse mail) ainsi que le ou les numéros de téléphone (site internet),
  • prendre contact avec le service achat / commercial de la société cliente à partir du numéro de téléphone apparaissant sur le site internet et demander confirmation de la commande passée,
  • se faire payer comptant.

Toutefois, le démarchage n’est pas la seule façon d’approcher les sociétés. En effet, en matière de Fret, les escrocs n’hésitent pas à répondre directement à des offres sur les bourses de Fret (bien que tout nouvel adhérent doit être parrainé par une autre société).

Source : Escroqueries fret aux faux ordres d’achat