À l’occasion d’un point presse du ministère des Armées, le chef du Commandement de la cyberdéfense a analysé l’utilisation du cyber dans le conflit russo-ukrainien, identifiant trois grands enseignements sur le rôle de cette arme «furtive et discrète, à l’effet fulgurant».

«L’arme cyber a eu un rôle particulièrement important avant le conflit»

Le général Bonnemaison, chef du Commandement de la cyberdéfense (COMCYBER), a rappelé que les opérations dans le cyberespace ont démarré bien avant le déclenchement de la guerre par la Russie le 24 février 2022. En Ukraine, des attaques de haut niveau contre des infrastructures critiques – stations électriques, centres de télécommunication, entreprises… –  ont commencé dès 2014. Dans le même temps, l’Ukraine a opéré « une véritable révolution en montant en gamme dans sa lutte informatique défensive ». Ce renforcement de ses capacités de cyberdéfense, développé sous la supervision des puissances occidentales, se caractérise par l’augmentation des budgets dédiés, par le développement d’une stratégie idoine et par la création d’une agence à compétence nationale comparable à l’Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information).

Pour en savoir plus : L’arme cyber en Ukraine : les trois enseignements à retenir