Un cubesat équipé d’un propulseur électrique innovant, mis au point par la startup francilienne ThrustMe, ouvre la voie à des constellations économiques et durables.

« L’iode change la donne »

Un lanceur léger chinois Longue Marche 6 mis en œuvre le 6 novembre a placé sur orbite basse treize charges utiles.

Parmi elles se trouvait Beihangkongshi 1, un démonstrateur technologique de suivi automatique des avions, développé par la startup sino-luxembourgeoise Spacety, qui compte par ailleurs déployer une constellation d’imagerie radar à synthèse d’ouverture.

Beihangkongshi 1 est un cubesat 12U. C’est surtout le premier satellite au monde équipé d’un propulseur électrique à iode, baptisé NPT30-I2.

Ce dernier a été conçu et fabriqué par ThrustMe, société créée en 2017 à partir de recherches menées au Laboratoire de physique des plasmas commun au CNRS et à l’École Polytechnique, à Palaiseau, et aujourd’hui basée à Verrières-le-Buisson, toujours dans l’Essonne.

« L’iode change la donne, considère Ane Aanesland, cofondatrice et présidente de ThrustMe. Grâce à cette mission, nous allons pouvoir le démontrer pour la première fois. »

Source : Le premier satellite à iode au monde