L’appel d’air tombe à point nommé. A la faveur de la levée des sanctions économiques en vigueur depuis 2006, les industriels de l’aéronautique voient dans l’Iran un relais de croissance inespéré. Non pas que le secteur ait un genou à terre, loin de là. Mais ce début d’année 2016 témoigne d’un certain ralentissement : diminution des commandes chez Airbus (1036 en 2015, contre 1456 en 2014) en raison des paniers bien garnis des compagnies, et baisse de régime significative chez Airbus Helicopters et ATR du fait de la chute du prix du pétrole (qui rend moins utiles les hélicoptères et moins compétitifs les avions régionaux).


Pour en savoir plus : Les avionneurs se jettent dans l’appel d’air iranien – L’Usine de l’Aéro.